Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LETTRE DE FRANCE
LETTRE DE FRANCE
Menu
Les salamalecs salmigondesques de Salamé

Les salamalecs salmigondesques de Salamé

Les salamalecs salmigondesques de Salamé

Hier soir Nicolas Sarkozy était l'invité de la "nouvelle" formule d'émission politique d'Antenne 2​, qui porte du reste ce nom plus évocateur que "Des Paroles et Des Actes", enterrée naguère dans les larmes de je ne sais quels officiants du Service Public, ceux-là même qui confondent journalisme et insolence vulgaire.

On aime ou on n'aime pas Nicolas Sarkozy, je le comprends bien, tout comme moi je n'aime pas David Pujadas et encore moins Léa Salamé. Question de feeling sans doute. Mais si j'étais journaliste, même campé dans mon repaire de gauchistes à Antenne 2, et que j'aie à interroger un ancien Président de la République par ailleurs président du premier parti de France et candidat déclaré à un nouveau mandat présidentiel, et que cet homme soit - par exemple - David Pujadas, eh bien je ne crois pas que je me comporterais comme un voyou ou une harpie.

Là, dès les premières minutes, les coups bas partaient en salves rapprochées parfois même communes, au point que l'on en venait à se demander si juste avant le lever de rideau, Sarko n'aurait pas balancé quelques petits mots sympas à ces séides omnipotents de la Pensée Publique, histoire de chauffer la salle !

Mais non ! il fallait voir ! Léa Salomé, l'écume aux lèvres, penchée en avant les dents prêtes à mordre, la voix railleuse sinon rocailleuse, envoyait l'une après l'autre à son vis à vis des questions-réponses plus tordues les unes que les autres, oubliant toute retenue et même toute forme minimale d'éducation primaire, à un point tel que hormis quelques confrères aussi excités qu'eux, la plupart des commentateurs ayant assisté à l'émission ont été stupéfaits de l'attitude du duo DPLS !

Ah mais c'est qu'elle voulait se payer un Président, la petite Salamé ! et sans cérémonie ! elle en perdait même le fil de ses idées (?), en rajoutant alors dans le registre "j'accuse ! " Du mauvais Zola mâtiné de Danton et Robespierre façon Ségolène Royale en pleine scène de ménage...

Je me dis que vraiment oui, il a changé Nicolas. Car pour supporter ce qu'il a supporté hier soir, il faut être blindé. Des procureurs d'arrière salle ! fourrageant dans les ordures putrides des "affaires" fabriquées à partir de rien, selon un calendrier puissamment toxique, et finalement toutes dégonflées par des flops et des non-lieux, malgré les gardes à vue orchestrées sous les projecteurs TV, les interrogatoires pendant 12 heures, les perquisitions et visites domiciliaires à répétition, les écoutes clandestines d'avocat et les fuites savamment distillées de certains témoignages tronqués exhumés des dossiers (secrets) de l'instruction !

A ce stade, le spectacle d'hier soir ressemblait à un mauvais règlement de comptes; sauf que cette fois ça n'a pas marché.

Pour ma part, je pense qu'au bout du compte, ces deux assaillants assoiffés d'audimat se sont retrouvés en fin d'émission parfaitement mouchés, totalement ridicules et quelque peu marris.

Contre-productifs.